• GROUPE PRO
• Calendrier L1
• La Récap'
• CFA • U19 • U17 • Filles
• La carte des membres

Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Venez découvrir ou re-découvrir le FC Nantes.

Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede COCOach » 20 Juin 2010, 13:11

Image

Saupin - Arribas - Suaudeau : les bâtisseurs du Football Club de Nantes



La création du Football Club de Nantes


    Le FC Nantes naît de la fusion des 6 principaux clubs de Loire-Atlantique le 21 avril 1943 dans un café de la place du commerce (renommée de nos jours : place Sarajevo).

    Les couleurs jaunes et vertes du club sont choisies en référence à celles de l’écurie de chevaux de Jean Le Guillou (un des fondateurs du FCN) qui assure que son cheval qui porte ces couleurs est un gagnant.

    Marcel Braud est le premier président du FCN mais c’est en faite Marcel Saupin qui est le véritable patron.



Les débuts du FCN


    Le FCN débute sa carrière dans le championnat amateur de national.
    Il faudra 2 années au club pour accéder à la D2 et passer par la même occasion professionnel.
    Pour sa première saison professionnelle, le FCN surprend mais va vite déchanter suite à des problèmes financiers.



1960/1963 : le déclic Arribas


Image

    Cette saison marque un tournant dans la vie du club.
    Le président en exercice engage un entraineur inconnu mais avec une idée novatrice qui prône un football rapide et une technique basée sur le mouvement.
    José Arribas permet au club d’accéder à la Division 1 en 1963 et nous fait découvrir le jeu “à la nantaise”.



Le premier titre en 1965


    Ce n’est que 2 ans après la montée dans l’élite que le FCN obtient un premier titre de champion de France avec 43 points devant Bordeaux (41 points).
    À 4 journée de la fin de l’exercice, Nantes prend la tête du championnat pour ne plus la lâcher et finir en beauté en battant Monaco 2 à 1 à Saupin devant plus de 20 000 spectateurs.

    Puis les titres s’enchaînent puisque le deuxième arrive l’année suivante en 1966 avec 60 points toujours devant Bordeaux (53 points).
    Après quelques années de disette, où Nantes oscillera entre la 3e et la 10e place, il faut attendre 1973 avant d’arracher un nouveau titre puis 1977, 1980 et 1983.



Coco et les autres


    En juillet 1992, la maison Jaune est rétrogradée en Division 2 par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion).
    Le club des bords de l’Erdre est sauvé par le département et le conseil régional, qui impose un changement de nom en échange d’une enveloppe financière non négligeable. Le FCN devient le FCNA.
    Le Football Club de Nantes Atlantique est finalement autorisé à garder sa place en Division 1.

    En 1992, le jeu fait son retour en même temps que Jean-Claude Suaudeau au poste d’entraîneur.
    Entre 1992 et 1997, le club gagnera un championnat, sera finaliste de la Coupe de France et demi-finaliste de la Ligue des Champions (contre le Juventus en 1996).

    C’est l’éclosion de tout un groupe de jeunes joueurs proposant un football agréable : Japhet N’Doram, Patrice Loko, Reynald Pedros, Nicolas Ouédec, Claude Makélélé, Christian Karembeu...


Image



1994/1995, l'année de tous les records


    Pour la première saison de la victoire à 3 points, le FCNA casse tout sur sa route.
    Après 5 journées de championnat seulement, Nantes dispose déjà d’une avance confortable de 8 points sur son dauphin parisien. Mais au vue des prestations nantaises, rien de bien surprenant : les nantais se trouvent les yeux fermés, à l’image d’un but d’anthologie de Patrice Loko face au Paris Saint Germain.

    À mi championnat, le FCNA de Coco Suaudeau déboule en tête avec 10 points d’avance sur le PSG, avec la statistique incroyable de 19 matchs consécutifs sans défaite.

    Le titre en poche, l’équipe continue de surclasser les autres. Et finalement, si le “tarif” maison de 3 à 0 ravie les supporters, la petite défaite à Strasbourg fera tâche pour les perfectionnistes !

Image



Un gardien nommé "Landreau"


    En 1996, un jeune gardien de but de 17 ans se fait remarquer en arrêtant un pénalty à Bastia lors de sa première apparition : Mickaël Landreau.
    Intraitable dans l’exercice des tirs au but, qu’il affectionne particulièrement, Mickaël Landreau gagnera le surnom de “Monsieur Pénalty”.



Un titre surprise en 2000/2001


    Après un début de saison en demi-teinte (9e lors de la 15e journée), le FCNA a un déclic (victoire 4 à 0) lors de la réception de Troyes pour la 16e journée.
    Et du coup, Nantes ne perd plus ! Mieux, Nantes gagne 6 de ces 7 rencontres suivantes dont un 2 - 0 en terre girondine, amenant le FCNA à la première place du classement.

    Au retour du mercato d’hiver, les hommes de Raynald Denoueix sont rattrapés par le promu lillois. Et pendant 3 mois, les deux équipes vont garder une longueur d’avance sur les poursuivants jusqu’à la 30e journée ou Lille craque !

    Nantes reprend les commandes du championnat pour ne plus les quitter.
    L’équipe nantaise : Landreau - Laspalles - Fabbri - Gillet - Armand - Berson - Ziani - Carrière - Da Rocha - Moldovan - Monterrubio.



La descente aux enfers


    Saison après saison, les résultats sportifs deviennent désastreux et cela malgré quelques joies éphémères en Coupes nationales.

    En quelques années, le FCN est passé d’un statut de “ténor” du championnat à l’anonymat le plus complet.

    Le président Jean-Luc Gripond joue au jeu des chaises musicales.
    Loïc Amisse succède à Angel Marcos. Quelques mois plus tard, Serge Le Dizet s’assoie sur le banc d’entraineur.
    Puis c’est l’arrivée d’un nouveau président.
    Malheureusement, la politique du club reste la même : vendre les meilleurs joueurs pour acheter moins cher, moins bon.
    Georges Eo a remplacé Le Dizet puis c’est au tour du duo Michel Der Zakarian - Japhet N’Doram.

    Finalement et logiquement, le FCN joue le maintien 3 saisons d’affilées (17een 2005, 14e en 2006, et dernier en 2007 avec seulement 17 points).
    La Maison jaune est passée du rêve au cauchemar et doit se résoudre à évoluer en Ligue 2 après 44 années dans l'élite.



Waldemar Kita aux commandes du club


Image

    Le club est revendu à l'été 2007 à l'homme d'affaires Waldemar Kita.
    Ce dernier ne parvient pas à rétablir la stabilité du club : l'effectif est bouleversé année après année, et alors que le club n'a connu que cinq entraîneurs entre 1960 et 2000, Gernot Rohr est à l'été 2009 le dixième de la décennie.

    Après une année en Ligue 2, les Nantais retrouve la première division en 2008.
    Une lueur d'espoir renaît au sein du club. Cette illusion est de courte durée puisque les dirigeants n'arrivent toujours pas à trouver la bonne formule pour relancer le club sur des bases plus solides.
    Les Nantes se retrouvent à nouveaux relégués en 2009, dans un climat de décadence.

Image


La valse des entraîneurs


    La saison 2009/2010 est l'une des plus noires de l'histoire du FCN, pourtant favori à la remontée en Ligue 1.
    Malgré un bon début de saison (une défaite après douze journées de championnat), l'équipe encaisse une défaite (4 à 0) au Havre.
    L'équipe sombre alors progressivement et se retrouve à la 8e place à la trêve.

    L'entraineur allemand est remercié et le défilé des entraineurs recommencent. Jean-Marc Furlan tente de sauver la saison du club mais les résultats ne s'améliorent pas.
    C'est au tour de Baptiste Gentili de se retrouver sur les bancs de la Beaujoire.

    Le club termine à une piètre 15e place, à seulement deux points du premier reléguable.

    Les supporters désabusés réclament le départ du président Kita, dont la gestion du club est fortement remise en cause.


Et maintenant...


    Les Canaris vont entamer leur deuxième saison consécutive en Ligue 2.
    Direction, joueurs, staffs et supporters ont tous la même envie : construire une nouvelle équipe - retrouver un climat de sérénité au sein de l'effectif dans le but d'accéder le plus rapidement possible à la Ligue 1.
Avatar de l’utilisateur
COCOach
Président
Président
 
Messages: 17638
Enregistré le: 19 Juin 2010, 01:18

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede zaka » 25 Déc 2010, 18:09

depuis mon arivée je n'avais pas encore eu le temps de passee par la

un seul mot magnifique :cry:
Avatar de l’utilisateur
zaka
Réserve
Réserve
 
Messages: 9865
Enregistré le: 03 Déc 2010, 09:52
Localisation: rouen (devilles les rouen )

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede FCNAmania » 27 Déc 2010, 22:09

Oui c'est sûr que ces 3 hommes ont marqué le club à jamais.

Le premier, le créateur. Le second, L'arrivée dans l'élite et les premiers titres avec l'arrivée du célèbre jeu à la nantaise. Et le dernier, l'homme de tous les records et qui est partit de quasiment 0, car juste avant 1ère petite crise sans incident.
Président : Jean René TOUMELIN.
Directeurs sportifs : R. BUDZYNSKI et G. HILLION.
Entraîneur : D. DESCHAMPS.
Entraîneur des gardiens : M. LANDREAU.
Directeur de la formation : Samuel FENILLAT.
CFA2 : Loïc AMISSE.
U19 : Stéphane ZIANI.
Avatar de l’utilisateur
FCNAmania
Goélette d'or - Optimiste et fair-play 2016
Goélette d'or - Optimiste et fair-play 2016
 
Messages: 10415
Enregistré le: 10 Nov 2010, 22:40
Localisation: Orvault

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede FCNA<3 » 24 Avr 2011, 14:44

http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/FC_Nantes
Voila l'histoire du FCN, afin de pouvoir rire de notre malheur :chap:
FCNA, à quand la Gloire d'antan ?!!
"Celui qui renonce à devenir meilleur, cesse déjà d’être bon !"
Avatar de l’utilisateur
FCNA<3
U19
U19
 
Messages: 3800
Enregistré le: 17 Juil 2010, 11:34
Localisation: Au nord de Nantes

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede romain7700 » 20 Fév 2013, 21:54

petit question
quand et apparue le blason du FC Nantes sur les maillots?
comment était le premier blason?
Avatar de l’utilisateur
romain7700
U16
U16
 
Messages: 633
Enregistré le: 29 Juin 2011, 14:23

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede COCOach » 21 Fév 2013, 01:12

Ta requête m'étonne puisque tu es suffisamment interessé par le Fcnantes pour pouvoir y répondre avec tes connaissances.
Véritable banque de données des jaunes et verts tu as tout en ta possession. Regarde tes nombreuses photos.
Quand j'aurai une réponse je n'hésiterai pas à la partager.

C'est toi le roi des archives même s'il est clair qu'il n'y a pas qu'une réponse.car en plus des logos officiels le club à usé d'autres blason.
Avatar de l’utilisateur
COCOach
Président
Président
 
Messages: 17638
Enregistré le: 19 Juin 2010, 01:18

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede Naoned » 03 Sep 2016, 21:54

Je ne savais pas où le mettre. Vu sur un autre forum,dont certains sont membres et ont surement lu, je relais le post de Vinssa:

J'ai pas vraiment suivi le dialogue - en partie parce que j'ai pas la "chance" d'accéder aux messages d'un des intervenants de cette conversation - mais la situation du centre de formation depuis l'arrivée de Kita mérite plus que quelques lignes abruptes et pas très claires. Ça doit rester le nerf de la guerre à Nantes, et ce sont les dernières branches qu'il a méthodiquement scié.

Le plus clair, je pense, ce serait d'établir une chronologie de l'histoire récente du centre , en rentrant un peu plus en détails sur les décisions de Kita qui ont directement ou indirectement pesé sur le devenir du centre de formation et de ses effectifs aujourd'hui.

- 2000 : Guy Hillion quitte Nantes. Recruteur en chef du centre de formation, c'est un personnage controversé à Nantes. Son réseau de recrutement était strictement nominatif, et le FC Nantes s'est retrouvé complètement aveugle à son départ.
Du reste, si certains attribuent à son départ la chute du centre de formation, d'autres remettent en cause son recrutement et les résultats de ses dernières générations, ce qui poursuivra le FC Nantes pendant quelques saisons, avec notamment l'échec de la génération 2002, pourtant vainqueur de la Gambardella, mais peut-être plus apte à dominer les championnats jeunes qu'à produire de vrais bons pros...

Vincent Bracigliano, oncle de Gennaro, ancien milieu de terrain de Nantes formé à Metz dont il est un joueur emblématique, reprend le recrutement en main et entreprend de ré-implémenter, partout en France, des points et des journées de détection, mais tous liés, eux, au FC Nantes, et strictement au FC Nantes. C'est une première étape importante dans le renouveau de la formation nantaise.

- 2001 : Denoueix, double vainqueur de la Coupe de France, champion de France en titre, le tout sur les trois dernières saisons, est viré. C'est une étape importante, le début d'une cassure grandissante entre équipe réserve et équipe première, et une chance de plus en plus réduite d'accéder à l'équipe première pour les jeunes du centre.

- 2003 : Amisse, qui avait succédé à Denoueix à la tête du centre, prend la suite d'Ángel Marcos à la tête de l'équipe première. Le Dizet prend la tête du centre de formation.

- 2005 : Le Dizet succède à Amisse à la tête de l'équipe première. Laurent Guyot, ancien défenseur du FC Nantes, champion de France 1995, pré-convoqué en Equipe de France en 1992 avant une grave blessure au genou, et revenu au club en tant qu'éducateur en 2002, prend à son tour la tête du centre de formation.

C'est le début du renouveau. Une nouvelle équipe est constituée : Fénillat, Moreau, Guyot prennent en charge les équipes jeunes.
Les éducateurs sont formels : les générations actuelles sont médiocres, mais attention, les 90, 91, il y a du potentiel, vous allez voir ce que vous allez voir !

- 2006 : les 90-91 sont champions de France -16 (U17). C'est la génération des Carole, Hanni et Choubani, Baty, Bonnes, Lusinga, Barré, Négo, Sasso, Zelazny... Celle qui perce, et aurait dû percer, actuellement en équipe première.

- 2007 : Dassault vend le club. Dayan, super-héros des plans de sauvetages, et Gravelaine au recrutement, ont la charge de rendre le club vendable.

Dimitri Payet, contre l'avis de Guyot qui compte bien l'associer à Vainqueur en équipe première, est vendu à Saint-Etienne pour rembourser Dassault, pour 5 millions d'euros.

Arrivée de Kita : "Le centre de formation est une coquille vide", "il n'y a personne de compétent dans la région pour s'occuper de la formation".

Guyot, qui est un homme de conviction, est pour le moins mécontent. C'est le début d'un conflit personnel entre Kita et Guyot, Kita souhaitant comme à son habitude quand il arrive quelque part faire table rase et mandatant l'incompétent Larièpe pour auditer la formation nantaise et la réformer, Guyot de son côté se posant des questions et ne se voyant pas continuer à travailler à Nantes dans ces conditions.

- mai 2008 : après des mois angoissants pour des formateurs qui ignorent leur futur, les formateurs sont tous prolongés... Pour un an. Kita fixe notamment comme objectif à Guyot la montée en CFA, en espérant probablement que l'objectif serait suffisamment élevé pour lui fournir un motif pour s'en débarrasser.

Larièpe force Guyot à multiplier les contrats pros. Là où Guyot ne veut signer que Lusinga, Larièpe signe prématurément Hanni, Bonnes, Zelazny, Barré... pour 3 ans.

- mai 2009 : le sort des formateurs est scellé depuis un moment. Si Guyot part de son plein gré, ayant décidé de tourner la page FC Nantes, Moreau, Chaumin, Bazin, sont poussés dehors, s'entendent accuser de comploter avec Guyot et les contestataires contre Kita...

Pendant ce temps-là, les 90/91 sont en finale de Gambardella avec Moreau, et surtout frôlent l'accession en CFA avec Guyot pour leur première saison en adultes, la plupart étant surclassés.
Frôlent seulement, notamment à cause, en fin de saison, d'un manque de soutien marqué de la part du groupe pro, supposément décidé par Kita, Babović séchant même la CFA2 en tribune présidentielle à la Beaujoire, aux côtés des Kita...

Les mômes tirent la langue, les blessures sont nombreuses, mais les formateurs et les supporters peuvent être fiers d'eux, c'est encore une belle saison.

- juin 2009 : conséquence directe des décisions de Kita et Larièpe, et alors que Favard est déjà conseiller du président, arrivée de Bonnevay à Nantes à la tête du centre de formation. Le dossier qu'il présente à Kita est un dossier de la FFF avec quelques autocollants dessus. Kita est convaincu.

De son côté, Favard fait venir Kamenár, et pousse le gardien camerounais N'Dy Assembe, formé au club, à la porte du FC Nantes.
VA saute sur l'occasion et six mois plus tard, Guy-Ro est élu meilleur gardien des 6 premiers mois de Ligue 1, il fête également ses premières convocations avec le Cameroun de Paul le Guen.

Pendant ce temps-là au centre de formation, Bracigliano est reclassé à la tête des U17, Mathieu Bideau, recruteur en région parisienne, prend la place de Bracigliano à la tête du recrutement du centre, Fénillat, 31 ans, prend la tête des U19.

Kita-compatible ou pas, là où Kita passe, tout change et doit être estampillé "décision Kita".

- juillet 2009 : le centre de formation du FC Nantes découvre Jacky Bonnevay !
"Educateur" brutal, notamment sur le plan moral, notablement incompétent, inconséquent, souvent en retard, n'hésitant pas à déplacer les entraînements des jeunes pour satisfaire à ses obligations médiatiques, il se mettra à dos une bonne partie des joueurs et la totalité des éducateurs du centre. Les joueurs sont insultés, subissent une gestion humaine à la paramilitaire, sont harangués sur le terrain (les termes de violer, défoncer, de tuer sont employés, etc), bref, ça ne passe pas du tout.

De grands espoirs comme Négo, Carole dont tout le monde pense qu'il est un des plus proches du contrat pro parmi les 91, sont rétrogradés avec les U19 alors qu'ils étaient titulaires en CFA2 la saison passée. Ils sont décrétés "nuls", ils entendent des choses très dures, y compris de la part du nouveau conseiller du président, Gilles Favard.

(ça c'est aussi pour les gugusses nantais qui dégueulent encore sur un môme comme Carole et son départ du club)

Bonnevay, quant à lui, en viendra même aux mains avec un jeune du centre, Ismaël Keita, fin 2009/début 2010, mais l'affaire sera étouffée car Bonnevay est déjà dans le collimateur de Favard et Franck Kita, qui se penchent depuis quelques mois sur le centre de formation (et font apparemment leur boulot consciencieusement), et craint pour son avenir.

Il semble clair que l'incompétence et l'iniquité des méthodes de Bonnevay sont connues, et bien connues, de la direction.
Pourtant, rien ne bougera jusqu'en juin, des situations incompréhensibles dégénèrent et pourrissent, et pendant que les 91 ont encore la "chance" de pouvoir redescendre avec les U19 (avec une demi-finale de Gambardella et une finale du championnat de France U19 à la clé), les 90 sont bloqués avec Bonnevay en CFA2, où ils jouent peu ou mal, souvent dans des registres incompréhensibles : Hanni en récupérateur, Max Baty arrière-gauche remplaçant derrière Akouassaga - et il arrive encore à se montrer un des meilleurs joueurs sur le terrain lorsqu'il rentre -, des attaquants sur les ailes, un arrière-droit en pointe, complètement à la ramasse le type.

- mai 2010 : Fénillat présente son projet pour le centre de formation, soutenu par Favard. Kita est convaincu. En même temps après l'imposture Bonnevay, le challenge était pas très relevé.

Mais on est loin d'une révolution encore : la génération 90/91 est définitivement foutu à la porte (parfois de manière peu scrupuleuse, Choubani qui débute avec Gentili se voit offrir un contrat puis retiré sans explication), la politique d'individualisation, les postes offerts à des incompétents notoires et violents (Bonnin, Mao), la passerelle entre la réserve et les pros rompue avec un coach déformateur qui entraîne son équipe pour le maintien en CFA et non plus comme un tremplin vers l'équipe professionnelle. La post-formation qui est un échec sans nom, l'intérêt indéchiffrable chaque été d'empiler les joueurs en réserve, bouchant un peu plus les possibles surclassement. Les recrutements foireux en région parisienne... Tout ça, conséquence directe de la demande perpétuelle et contre-productive dans le modèle nantais de résultats de Waldemar Kita (mais aussi le choix des entraîneurs chez les pros qui ne favorise pas la politique de la formation), on ne cherche plus donc à construire des groupes, des équipes, des joueurs que l'on sera capable d'amener ensemble jusqu'au bout, l'idée c'est plutôt d'en voir éclore deux/trois par génération. Là-dessus, on est bien rentré dans le rang. Image

Résultat, au bout de cinq ans (soit un cycle en terme de formation), les jeunes sortis et installés durant cette période par l'équipe Fenillat (oubliés donc les Veretout, Trebel, Carole) se comptent sur les doigts de la main.

Le départ de Laurent Guyot et les siens, c'est la mort définitive de l'identité nantaise au club.
"Ma vie de coach"
Saison 13/14 12 matchs seniors F dirigés
Saison 14/15 20 matchs seniors F et 15 matchs U17F dirigés
Saison 15/16 18 matchs seniors et 17 matchs u17F dirigés
Saison 16/17 1 mach seniors F et 3 matchs u17F dirigés
Avatar de l’utilisateur
Naoned
U17
U17
 
Messages: 1171
Enregistré le: 24 Juil 2013, 12:23

Re: Le FCN, près de 70 ans d'histoire...

Messagede MKOUNT44 » 03 Sep 2016, 23:44

"Mao est une Buse" - Le Capitaine
Avatar de l’utilisateur
MKOUNT44
U16
U16
 
Messages: 812
Enregistré le: 04 Fév 2016, 15:57
Localisation: Laval


Retourner vers Présentation du club

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités